Leschevaux

27 décembre 2009

DESCRIPTION :Le cheval (Equus caballus) est un mammifère ongulé appartenant à l’une des sept espèces de la famille des équidés. Il a évolué au cours des dernières 45 à 55 millions d’années à partir d’un petit mammifère possédant plusieurs doigts pour devenir le grand animal à sabot unique que l’on connait aujourd’hui. L’utilisation de cet animal domestiqué il y a environ 5 500[1] ou 4 000 ans se serait répandue de 3 000 à 2 000 ans av. J.C. à toute l’Eurasie. Bien que la quasi-totalité des chevaux soient aujourd’hui domestiques, le cheval de Przewalski est considéré comme le dernier vrai cheval sauvage, et il existe de nombreux chevaux domestiques retournés à l’état sauvage.

Étant donné qu’il s’agit d’une espèce animale employée par l’Homme, celui-ci a développé un vaste vocabulaire spécialisé pour décrire les concepts liés au cheval. Ce lexique va de son anatomie aux étapes de sa vie en passant par sa couleur, ses races, sa locomotion et son comportement. En ce qui concerne les spécificités liées à l’espèce, les chevaux comptent sur leur vitesse pour échapper aux prédateurs, ont un bon sens de l’équilibre, un fort instinct de fuite et un trait inhabituel dans le règne animal : ils sont capables de dormir debout comme en position couchée. Les femelles, appelées juments, mettent bas après onze mois de gestation un petit nommé poulain. Celui-ci peut se lever et courir peu de temps après sa naissance. La plupart des chevaux domestiques sont dressés pour l’équitation entre l’âge de deux et quatre ans. Ils atteignent leur plein développement à cinq ans en moyenne et leur durée de vie moyenne est de vingt cinq à trente ans.

Des siècles durant, les chevaux furent des animaux de guerre et de transport au service des hommes. Ils permirent l’essor du commerce et l’expension de civilisations sur de grandes étendues. Considéré comme « la plus noble conquête de l’homme », présent dans les mythes, les légendes, nombre d’encyclopédies spécialisées et toutes les formes d’art, le cheval est, de tous les animaux, celui qui a sans doute le plus marqué l’histoire et les progrès de l’humanité[2]. Il est à l’origine de métiers liés à son entretien, son commerce ou aux activités sportives d’équitation, les plus célèbres étant les sports hippiques. Dans la plupart des pays développés, le cheval est désormais monté pour les loisirs et les compétitions sportives, mais il peut également être utilisé en thérapie, ou pour la production de biens de consommation grâce à sa viande, son lait, son cuir et même son urine. Dans d’autres pays, le cheval reste un partenaire indispensable à l’agriculture et au transport. L’entretien des chevaux domestiques demande un matériel particulier et l’attention de spécialistes.

Les chevaux sont divisés en trois types selon leur tempérament : les sang chaud caractérisés par leur la vitesse et de l’endurance, les sang froid, plus lents et destinés aux travaux pénibles, et les demi-sang, ou warmbloods, issus de croisements entre des chevaux à sang chaud et à sang froid, qui sont souvent destinés aux sports équestres en particulier en Europe. Il existe plus de 300 races de chevaux dans le monde aujourd’hui.

Les robes : Dans le domaine de l’hippologie, la robe désigne la ou les couleurs d’un cheval. Depuis très longtemps et notamment en France , la description physique d’un cheval sert de pièce d’identité et de certificat d’authenticité[réf. nécessaire]. Elle s’appuie sur un code strict de couleurs des crins (crinière et queue) et des poils, et sur une désignation des différentes taches de couleur sur celle-ci. La description fut complétée au XIXe siècle par la notation des épis qui sont les modifications du sens de pousse des poils. Le cheval a ainsi une sorte d’équivalence de nos empreintes digitales ou de la plaque d’immatriculation d’une voiture. L’administration des haras règlemente en France ces appellations depuis la fin du XVIIIe siècle.